Twitter Icon Facebook Icon
Bird Studies Canada Logo
English | Français

Relevé des oiseaux échoués du Cap-Breton

Études d'Oiseaux Canada cherchent des volontaires pour son Relevé des oiseaux échoués du Cap-Breton. Si vous avez déjà l'habitude de vous promener sur les plages du Cap-Breton ou alors vous comptez le faire, nous espérons que vous voudrez vous joindre à notre programme. 

Pourquoi le Cap-Breton a-t-il besoin du Relevé des oiseaux échoués? 

Des centaines de navires sillonnent quotidiennement les eaux canadiennes de l'Océan atlantique. Cette circulation constitue un réel danger pour les oiseaux de mer, plus particulièrement en ce qui à trait aux vidanges illégales de pétrole qui s'avèrent une source de pollution perpétuelle. La pollution par les hydrocarbures est une grande menace pour les oiseaux de mer pélagiques car leur corps n'est séparé de l'eau glaciale de la mer que par une couche de plumes imperméables. Tel un trou d'épingle dans une combinaison de survie, une goutte de pétrole de la taille d'une pièce de monnaie devient une sentence de mort pour l'oiseau qui s'éteindra lentement dans l'agonie, l'hypothermie et la faim. Puisque l'oiseau tente également de nettoyer ses plumes, il ingére des hydrocarbures du même coup. Des substances toxiques dans les hydrocarbures peuvent conduire à une mort retardée. D'une façon ou d'une autre, un oiseau mazouté est un oiseau mort! 

D'après les dernières statistiques du Service canadien de la faune, partenaire d'Études d'Oiseaux Canada dans la mise en place du relevé du Cap-Breton, 300 000 oiseaux mourraient chaque année des répercussions de la pollution aux hydrocarbures. Ce chiffre est comparable aux ravages causés par le déversement pétrolier de l'Exxon Valdez! 

Habituellement, le premier indice de cette pollution est l'apparition d'oiseaux échoués morts ou mourants sur les plages. En faisant le suivi des oiseaux échoués - mazoutés (souillés de pétrole) ou propres - il est possible de détecter les fluctuations dans l'ampleur de cette pollution dans l'Atlantique ainsi que ses effets sur les oiseaux de mer. Ce genre d'information est extrêmement important pour aider à enrayer ce problème. 

Le Cap-Breton est un endroit qui pose un risque extrême pour les oiseaux de mer pour deux raisons : la circulation de navires dans le détroit de Cabot est importante et les oiseaux tendent à se regrouper dans ces eaux l'hiver, les rendant vulnérables à la pollution par les hydrocarbures. Les participants de ce relevé aideront donc à établir un indice de référence des oiseaux mazoutés au Cap-Breton. Si de gros déversements se produisent, cet indice pourra servir à en estimer l'impact sur les oiseaux de mer. Les données au sujet des oiseaux échoués peuvent aussi servir à déterminer quelles espèces d'oiseaux sont les plus affectées par le mazoutage, à quelle période de l'année le problème est le plus sévère et si la proportion d'oiseaux échoués varie dans le temps. 

Un relevé des oiseaux échoués existe au sud-est de Terre-Neuve depuis 1984. Les résultats de ce relevé indiquent que la proportion d'oiseaux échoués qui est mazoutées augmente de façon constante, au rythme de 3 % par année, depuis le début du relevé. Bien que cela puisse être dû à une baisse du nombre d'oiseaux morts non-mazoutés (en raison de la diminution de la chasse aux guillemots ainsi qu'aux hivers plus doux), il y a néanmoins une relation très nette entre le volume de circulation maritime et la proportion d'oiseaux mazoutés. Il est clair qu'un tel relevé devrait avoir lieu ailleurs en Atlantique afin de recueillir le maximum de données sur les oiseaux échoués. 

Comment faire pour participer? 

Nous cherchons des volontaires pour faire des relevés mensuels de novembre à avril, et idéalement pour tous les mois de l'année. Si vous devenez volontaire, vous aurez à recenser une plage, une fois par mois et à garder l'oeil ouvert pour tout oiseau échoué. Pour ce faire, vous devriez avoir une connaissance de base sur l'identification des oiseaux. Lors de votre inventaire, vous aurez aussi à noter les caractéristiques physiques de la plage (épaisseur des dépôts de débris, quantité de bois échoué) , ainsi que les conditions météorologiques. Le temps qu'il vous faudra pour recenser votre plage dépendra de la longueur de la plage que vous désirerez recenser. Les conditions météorologiques ne seront pas toujours des plus agréables (!) et vous ne trouverez probablement pas d'oiseaux échoués lors de chaque relevé, mais votre contribution sera précieuse pour aider à mettre un terme à ce problème! 

Si vous êtes un ornithologue amateur enthousiaste ou que vous aimez vous promener sur les plages, et que vous désirez participer à ce projet ou en savoir plus à son sujet, veuillez contacter Becky Whittam par téléphone, courriel ou par courrier postal. En devenant volontaire, vous recevrez une trousse d'information qui comprendra un guide d'instruction, des feuilles de prise de données, des gants en latex (au cas ou vous devrez manipuler des carcasses) et une carte de la région de votre recensement. 

Merci! 

Greg Campbell 
Coordonnatrice des programmes du Canada atlantique 
Études d'Oiseaux Canada - Région de l'Atlantique 
B.P. 6227 17, allée Waterfowl Sackville, N.-B. E4L 1G6 
Téléphone : (506) 364-5025 
Télécopieur : (506) 364-5062 
Courriel :gcampbell@bsc-eoc.org

 

 

Gardez le contact avec Études d’Oiseaux Canada


Vous aimeriez mieux connaître nos programmes et activités? Abonnez-vous à notre bulletin de nouvelles.
Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
Études d'Oiseaux Canada B.P. 160, 115 Front St., Port Rowan, ON Canada N0E 1M0
Téléphone: 1-888-448-2473 Télécopieur: 1-519-586-3532 Courrier électr.: generalinfo@oiseauxcanada.org